Les vaccins contre le coronavirus : ce qu’il faut savoir

Il y a maintenant plus d’un an que le monde est en proie à la pandémie de coronavirus qui sévit depuis lors. Tant attendu depuis assez longtemps, des vaccins ont été développés afin de mettre fin à la pandémie.

Annoncés les uns après les autres depuis novembre dernier, ces différents vaccins ont été mis en place par des laboratoires aux quatre coins du globe. Pendant que certains d’entre eux sont largement plébiscités, l’efficacité de certains vaccins est fortement remise en cause.

L’objectif des vaccins

La principale raison pour laquelle les vaccins sont mis au point, c’est d’arriver à développer une immunité collective au sein de la population. En effet, cette immunité qui sera largement développée après l’administration des vaccins, va permettre un réel retour à la normale. Le vaccin protège en effet le vacciné contre la capture du virus, mais aide aussi à protéger les personnes autour de lui.

Ainsi, bien que les vaccins ne soient aucunement rendus obligatoires, il est primordial qu’un grand nombre de personnes y ait accès. Certes, il y a des effets secondaires ou des maladies qui peuvent survenir suite à la prise des vaccins, mais cela est tout à fait normal. Ces effets secondaires participent de fait, au processus pour aboutir à l’immunité contre le virus

Différents vaccins anti-COVID-19

Plusieurs laboratoires ont travaillé depuis le début de la pandémie pour mettre au point des vaccins. Du grand nombre qu’ils étaient, seulement quelques eux ont été approuvés après que les essais ont été effectués. L’AstraZeneca et Moderna sont deux de ces vaccins.

AstraZeneca

Encore appelé AZD1222, ce vaccin a subi quatre essais cliniques au Royaume-Uni, en Afrique du Sud et au Brésil. Les résultats combinés de ces essais ont démontré l’efficacité du vaccin pour prévenir le COVID-19 chez les individus à partir de l’âge de 18 ans.

Moderna

D’une efficacité estimée à environ 92%, le vaccin Moderna a été l’un des premiers à être approuvé. Même s’il n’a pas encore l’approbation de l’OMS pour utilisation d’urgence, il a été étudié par l’agence européenne des médicaments (EMA), qui s’est assurée de son efficacité.